Led Zeppelin forum

de père en fils depuis 2001
Nous sommes le Oct 17, 2019 13:29

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 48 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Fév 26, 2011 14:13 
Video master

Inscription: Aoû 12, 2006 11:11
Messages: 2951
blue sky bag a écrit:
Sur les versions de 71 et 72, Jones utlise un orgue, c'est ça ?

Sur la version utilisée pour HTWWW c'était l'avant-dernière fois que Jones utilisait l'orgue sur STH, il s'en est fallu de peu...

blue sky bag a écrit:
Par contre, il y a un autre élément qui peut éventuellement rentrer en jeu dans un choix éventuel, celui des parties jouées de Jones et non pas le son propre de l'instrument utilisé. J'ai l'impression que les versions clavier de Jones de ce passage précis (intro de STH 1973) sont plus abouties instrumentalement que les versions antérieures. A réécouter en tout cas.

L'orgue était beaucoup plus discret dans l'intro, je sais pas si c'était musicalement moins abouti. Et si c'est le cas, ça ne justifie rien pour moi, pourquoi pas aller chercher dans n'importe quel concert les versions les plus "abouties" de chaque instrument pour reconstituer entièrement un concert parfait...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Fév 26, 2011 14:54 
Mimite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 12, 2006 2:40
Messages: 1742
oui, ils auraient dû aller rechercher le Yamaha tant qu'ils y étaient :mrgreen:

_________________
Le Super Blog Progressif de Mr Prog

Jean-Michel a écrit:
Page, c'est technique, mais des fois, c'est de la branlette, un peu chiant. Keith Richards est bien moins fort techniquement, mais par contre ça sonne mieux.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Fév 26, 2011 14:59 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 17, 2006 18:42
Messages: 1741
lespaul_standard a écrit:
L'orgue était beaucoup plus discret dans l'intro, je sais pas si c'était musicalement moins abouti..

Oui, et puis ce qui rend la comparaison déséquilibrée c'est que les deux sources sont de qualité et de définition sonores complètement différentes (encore une fois) ; d'un côté un enregistrement multipistes pro mixé, de l'autre une audience mono ... Enfin ce genre de détails fournit matière à discussion intéressante je trouve.
lespaul_standard a écrit:
[Et si c'est le cas, ça ne justifie rien pour moi, pourquoi pas aller chercher dans n'importe quel concert les versions les plus "abouties" de chaque instrument pour reconstituer entièrement un concert parfait...

Mon cher lespaul_standard, on ne joue pas à "qui a raison, qui a tort", les goûts et les couleurs ...
Ton point de vue est tout à fait compréhensible et recevable. Il est même plus "naturel" que le mien car il trouve sa justification dans un sentiment d'authenticité (on y revient, c'est central) que doivent rendre les bandes enregistrées. Il s'agit de témoigner d'un acte vivant, la performance d'un artiste, et non d'une découpe artificielle de séquences en studio.
lespaul_standard a écrit:
Et si c'est le cas, ça ne justifie rien pour moi, pourquoi pas aller chercher dans n'importe quel concert les versions les plus "abouties" de chaque instrument pour reconstituer entièrement un concert parfait...

Mais oui, pourquoi pas ? Et bien ce pas, Jimmy Page l'a franchi. (encore une règle dont il a voulu s'émanciper.)

Son angle de vision est différent. Je l'ai déjà annoncé : on n'est plus dans le témoignage, mais dans une recherche d'absolu, de perfection. Que cette quête ne puisse se dérouler par des moyens naturels mais ait besoin de supports artificiels ou "différents" pour s'accomplir, moyens qui ouvrent sur la transcendance (overdubs, montage de live /altération des facultés sensorielles (drogues)/emprunts musicaux non crédités qui servent de plateformes sur lesquelles on projette sa propre créativité (cf. D&C par exemple), recours et croyance à l'occulte ....) et voilà on est de plain-pied dans l'univers pagien.

Pour revenir à nos moutons, je trouve parfois le son de scène de Page trop "mince", pas assez étoffé, à la guitare. Exemple typique pour moi, la Danelectro sur "Kashmir", que je trouve déficiente au niveau sonore. J'apprécie cent fois plus la version de Page/Plant 94/95 avec la Les Paul (c'est la Transperformance, non sur NQ Unledded ?) que toute version vintage de LZ.


Dernière édition par blue sky bag le Fév 27, 2011 13:14, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Fév 26, 2011 17:04 
Video master

Inscription: Aoû 12, 2006 11:11
Messages: 2951
blue sky bag a écrit:
Mon cher lespaul_standard, on ne joue pas à "qui a raison, qui a tort", les goûts et les couleurs ...

On parle bien d'albums live là ? Il n'y a pas 15 interprétations possibles, un live est un enregistrement d'une performance réalisée en concert, en direct devant un public. Toute altération de cette performance fait que le live n'en est plus vraiment un.
Il est évident qu'un album live ne peut pas transmettre fidèlement le ressenti du public du concert, parce que le son sera différent, le volume, l'atmosphère, etc...mais ce qui est suggéré, c'est que ce qu'on entend a été joué devant le public, et susceptible d'avoir été entendu par lui.

Si on veut faire un produit retravaillé, pas de problème. Page l'a fait avec We're Gonna Groove sur Coda, et c'est intéressant. Si l'artiste estime que le concert n'est pas bien comme il est, il n'a qu'à tout refaire en studio, ou ne refaire que les parties qu'il estime perfectibles, et sortir un album. C'est juste l'appellation "live" qui pose problème. Il faudrait faire un label AOC pour les live.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Fév 27, 2011 14:02 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 17, 2006 18:42
Messages: 1741
lespaul_standard a écrit:
blue sky bag a écrit:
Mon cher lespaul_standard, on ne joue pas à "qui a raison, qui a tort", les goûts et les couleurs ...

On parle bien d'albums live là ? Il n'y a pas 15 interprétations possibles, un live est un enregistrement d'une performance réalisée en concert, en direct devant un public. Toute altération de cette performance fait que le live n'en est plus vraiment un.

C'est plus subtil que ça puisque les altérations consistent parfois uniquement à faire glisser une partie live d'un soir vers une autre de manière à "optimiser" la performance. Or le matériau travaillé c'est toujours du live à l'origine, donc on évolue toujours dans la catégorie "enregistrement en public" :wink:
lespaul_standard a écrit:
[Il est évident qu'un album live ne peut pas transmettre fidèlement le ressenti du public du concert, parce que le son sera différent, le volume, l'atmosphère, etc...mais ce qui est suggéré, c'est que ce qu'on entend a été joué devant le public, et susceptible d'avoir été entendu par lui..

Merci d'avoir précisé et affûté ta pensée. Avec cette restriction là apportée, on peut efectivement arriver à la définition d'un caractère définissant nettement ce qu'est un enregistrement live "authentique".
lespaul_standard a écrit:
[Si on veut faire un produit retravaillé, pas de problème. Page l'a fait avec We're Gonna Groove sur Coda, et c'est intéressant. Si l'artiste estime que le concert n'est pas bien comme il est, il n'a qu'à tout refaire en studio, ou ne refaire que les parties qu'il estime perfectibles, et sortir un album. C'est juste l'appellation "live" qui pose problème. Il faudrait faire un label AOC pour les live.

En arrière-plan de ce débat, il y a également la confrontation qui s'opère chez l'artiste entre le travail "studio" et la performance en public. Et il est clair que ce sont deux exercices différents comme peuvent l'être le cinéma et le théâtre par exemple.
Ce qui est source de complexité, c'est le cas des groupes comme Led Zeppelin qui ont évolué à une période charnière, la fin des années 60 et les années 70, période qui a vu une révolution dans les techniques d'enregistrement, de sonorisation, de video projection etc. Ceci évoluait en parallèle avec une période d'effervescence artistique luxuriante et une remise en question totale des valeurs pregnantes des générations précédentes qui n'avaient abouties qu'aux impasses sombres, tragiques et destructrices des deux conflits mondiaux.
Chez Led Zep, l'album de transition entre les deux parties de l'oeuvre, pour moi, c'est le IV. L'album central. C'est à partir de là que s'ouvre la voie vers la complexité instrumentale, l'emploi massif des overdubs, des effets studio etc.. Ca existait auparavant mais ça a pris une ampleur de plus en plus grande.
Donc LZ en live s'est retrouvé confronté à une difficulté dans la deuxième partie de sa carrière, celle de pouvoir reproduire sans les appauvrir, les arrangements des chansons dans leur version studio. Et à ce chapitre, je trouve qu'ils n'y sont parvenus que d'une manière très imparfaite. Ca plus l'erreur criante à mon sens de ne pas diversifier plus leur setlists en allant puiser dans des perles comme "When the Levee Breaks", "The Rover", "The Wanton Song", "Night Flight", "In The Light", "Fool in the Rain", "Poor Tom", "Wearing &Tearing", "Tea for One" etc ... Et j'ai quand même le sentiment qu'ils auraient dû faire appel à des musiciens additionnels en live pour mener à bien ce virage. Choix qu'ils n'ont jamais effectué, préférant jusqu'au bout privilégier cet aspect "performance instrumentale" qui après 1973, a fini par devenir lassant.
L'idéal pour moi ça aurait été de mettre un terme à toutes les longueurs solo en live et de laisser s'exprimer tourte la richesse de leur catalogue studio fabuleux, tout en ménageant encore un espace pour les jams et l'improvisation, mais de manière plus créative que ce qu'ils ont pu faire. Pourquoi ne pas stopper le "Moby Dick" en live et tenter de reproduire le "Bonzo's Montreux" studio (qui justifie chaque seconde de son enregistrement je trouve, voilà un exemple d'utilisation réussie de traitement électronique du son) en l'adaptant et en restant dans des critères de durée raisonnables.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 02, 2011 13:04 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Juin 14, 2008 15:41
Messages: 855
Localisation: Lorraine
Le problème de l'album live, en général, est que l'artiste va en faire un mixage grand public (lissage du son, coupes, overdubs, etc) alors qu'une seule une petite partie des fans va s'y intéresser. Les ventes d'un CD live ne doivent pas dépasser le quart des ventes du précédent l'album. La minorité d'acheteurs tolèrerait certainement quelques approximations et ne ferait pas la différence entre un multipiste bidouillé et un bon soundboard. Ça fait beaucoup de boulot pour peu de personnes.

Je retiens trois critères pour un live : le son, le fait que le concert soit complet et la fidélité à la performance originale (présence overdubs, titres dans l'ordre, etc). Le son est le seul point sur lequel l'officiel dépasse systématiquement les bootlegs. Pour les deux autres points les derniers l'emportent généralement haut la main. Entre l'obsession de perfection et la radinerie des artistes (ah les royalties qu'il faut verser pour les reprises) il y a toujours des raisons "d'améliorer" un live. La compilation de plusieurs concerts propose un consensus intéressant (même si elle aboutit à la création d'un concert n'ayant jamais eu lieu). On peu aussi se poser la question de la pertinence de l'enregistrement pro. Une source audience sera, dans un sens, plus fidèle qu'un soundboard ou un multipiste puisqu'elle comprend aussi l'ambiance du concert. Une balance entre les instruments est déjà faite pour celui-ci. Si elle est bien faite on ne devrait pas avoir à y retoucher. Le multipiste est-il plus utile pour l'artiste maniaque ou pour le confort d'écoute du fan?

La réponse au débat album live officiel/bootlegs dépend aussi beaucoup de l'attachement à l'artiste en question. Si tu commences à t'intéresser aux bootlegs c'est que l'officiel ne te satisfait plus et que tu consens à faire certains sacrifices pour mieux connaître les performances live. Par exemple Oasis a filé un concert tronqué dans son best of Time Flies. Il manque l'intro, une paire de chansons et les engueulades de Liam avec un spectateur. Là je m'en fous. Mais quand Bowie sort le DVD Reality Tour amputé de 5 chansons alors qu'il s'agit d'une compilation de deux soirs ça me fait un peu chier. Encore plus quand il ressort avec 3 titres bonus sur la version CD mais 5 sur ithunes. Et le pire c'est que ces bonus ne sont pas réintégrés au concert mais placé en "rappel" après le Ziggy Stardust final. Là tu te demandes si l'artiste est le mieux placé pour se promouvoir.

Bref l'officiel ça craint. Sauf exceptions... qui ne sont là que pour confirmer la règle. :wink:

_________________
Oh, the sweet refrain, soothes the soul and calms the pain. Oh, Led Zeppelin remains, sleeping now to rise again.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 02, 2011 13:21 
Mimite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 12, 2006 2:40
Messages: 1742
Zeppelin's Son a écrit:
Le problème de l'album live, en général, est que l'artiste va en faire un mixage grand public (lissage du son, coupes, overdubs, etc) alors qu'une seule une petite partie des fans va s'y intéresser. Les ventes d'un CD live ne doivent pas dépasser le quart des ventes du précédent l'album. La minorité d'acheteurs tolèrerait certainement quelques approximations et ne ferait pas la différence entre un multipiste bidouillé et un bon soundboard. Ça fait beaucoup de boulot pour peu de personnes.


c'est complètement faux.
il y a même des artistes qui commencent leur carrière par un live (MC5...), ou qui rencontrent leur plus gros succès grâce à un live (Kiss, Peter Frampton...)
et "l'artiste" n'est pas forcément le responsable du mixage (etc...), ni du fait même qu'un live sorte. Si on considère l'aspect marketing, ça concerne autant (ou plus) le producteur ou la maison de disques

_________________
Le Super Blog Progressif de Mr Prog

Jean-Michel a écrit:
Page, c'est technique, mais des fois, c'est de la branlette, un peu chiant. Keith Richards est bien moins fort techniquement, mais par contre ça sonne mieux.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 02, 2011 15:17 

Inscription: Juin 20, 2008 15:04
Messages: 994
Sûr que si un album live se vendait moins que les autres, les maisons de disque ne se précipiteraient pas pour en sortir, elles n'auraient même aucun intérêt à le faire dans le cas d'artiste encore en cas d'activité. Reste le cas des morts ou des retraités, où il s'agit alors de faire vivre le patrimoine.

Les enregistrements live sont souvent retravaillés de manière à retrouver la même perfection qu'un enregistrement studio. Cela conforte l'ego des musiciens, rassure la maison de disque qui aime ce qui peut passer à la radio et le pékin moyen qui aime bien que ça pète dans ses baffles. Alors qu'un album live se juge sur d'autres critères, ce dont peu d'artistes finalement prêtent attention. Pour eux peut-être est-ce un moyen de sortir un disque sans trop se fouler, et pour la maison de disque une occasion de faire une compil' qui ne dit pas son nom, d'où grosses ventes.

Tant que j'y pense, King Crimson a sorti des albums en pagaille selon une démarche assez satisfaisante pour apprécier leur cheminement live. Jimmy, si tu pouvais prendre exemple...

Quant à l'idée d'ajouter des musiciens aux 4 Led Zep, cela revient à nier la puissance séminale d'un power trio sur scène, donc à nier l'essence de Led Zep sur scène, voire à nier l'essence du rock tout court.

De toute façon, les Led Zep ne sont plus dans le coup au-delà de 75. C'est pas d'ajouter d'autres musiciens qu'aurait changé quoi que ce soit au naufrage, sauf à débrancher les musiciens originaux.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 02, 2011 16:14 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Juin 14, 2008 15:41
Messages: 855
Localisation: Lorraine
Il y a toujours des exceptions dans tous les domaines. Alors oui certains artistes ont commencé par un album live (même des plus récents Guns N Roses -un EP-, Jane's Addiction) mais ça reste rare. Oui encore certaines maison de disques sortent (ou encouragent vivement à) sortir des albums lives en dépit de l'avis des artistes.

Concernant Kiss, Alive a du être acheté autant comme disque live que comme best of. Ça brouille les pistes. Même si c'est effectivement leur plus grosse vente c'est quand même un cas peu fréquent.

Pour Led Zep c'est particulier puisqu'un seul live est sorti durant leur carrière active mais l'écart entre les ventes d'albums et de live reste conséquent :
Led Zeppelin I (1969) : 13.700.000
Led Zeppelin II (1969) : 20.200.000
Led Zeppelin III (1970) : 12.200.000
Led Zeppelin IV (1971) : 35.900.000
Houses Of The Holy (1973) : 17.000.000
Physical Graffiti (1975) : 13.200.000
Presence (1976) : 6.700.000
In Through The Out Door (1979) : 10.200.000
Coda (1982) : 3.300.000

The Song Remains The Same (1976) : 8.100.000*
BBC Sessions (1997) : 2.700.000
How The West Was Won (2003) : 2.200.000

*TSRTS a connu trois sorties : LP, CD et remasterisée (2007) contrairement aux albums (seulement LP + CD).

Exemple très parlant des Red Hot :
By The Way (2002) : 9.700.000
Live in Hyde Park (2004) : 1.500.000

Le même raisonnement pourrait être tenu en comparant les ventes albums avec celles des DVDs (puisque la norme est actuellement single > album > tournée > DVD) mais je n'ai pas les chiffres sous la main.

_________________
Oh, the sweet refrain, soothes the soul and calms the pain. Oh, Led Zeppelin remains, sleeping now to rise again.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 02, 2011 16:30 

Inscription: Juin 20, 2008 15:04
Messages: 994
Live in hyde park n'est sorti qu'en Europe et au Japon.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 02, 2011 20:11 
Mimite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 12, 2006 2:40
Messages: 1742
Zeppelin's Son a écrit:
The Song Remains The Same (1976) : 8.100.000*
BBC Sessions (1997) : 2.700.000
How The West Was Won (2003) : 2.200.000

Live in Hyde Park (2004) : 1.500.000


c'est vrai que ça représente "peu de personnes" :P

_________________
Le Super Blog Progressif de Mr Prog

Jean-Michel a écrit:
Page, c'est technique, mais des fois, c'est de la branlette, un peu chiant. Keith Richards est bien moins fort techniquement, mais par contre ça sonne mieux.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 06, 2011 14:47 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Juin 14, 2008 15:41
Messages: 855
Localisation: Lorraine
Par rapport aux ventes d'albums normaux! :lang2:

Bien vu Venushom pour le Live in Hive Park, il n'est effectivement pas sorti aux USA. Cela m'avait échappé. Je me disais que l'exemple était trop pertinent pour être tout à fait vrai. Si on ajoute 1 million d'exemplaires pour compenser, on reste toujours loin des albums avec By The Way (quasiment 10M) et Stadium Arcadium (presque 8M).

_________________
Oh, the sweet refrain, soothes the soul and calms the pain. Oh, Led Zeppelin remains, sleeping now to rise again.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 06, 2011 16:15 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 17, 2006 18:42
Messages: 1741
venusohm a écrit:
Quant à l'idée d'ajouter des musiciens aux 4 Led Zep, cela revient à nier la puissance séminale d'un power trio sur scène, donc à nier l'essence de Led Zep sur scène, voire à nier l'essence du rock tout court.

Le problème, c'est que Led Zeppelin ça n'a jamais été du rock "tout court". C'était bien plus que celà.

venusohm a écrit:
De toute façon, les Led Zep ne sont plus dans le coup au-delà de 75.

Comme souvent, je trouve la teneur de tes messages caricaturale. Quid de Presence ? De la forme royale de John sur la tournée 1977, de l'innovation dans son jeu sur un "Fool in the Rain" par exemple, ou de la haute énergie déployée sur des brûlots comme "Wearing & Tearing" ou "Ozone Baby" ?

venusohm a écrit:
C'est pas d'ajouter d'autres musiciens qu'aurait changé quoi que ce soit au naufrage, sauf à débrancher les musiciens originaux.

C'est bien pourtant ce que feront Page et Plant en 1994,1995 et 1996 (et déjà ce qu'ils avaient esquissé en Inde lors des Bombay Sessions en 1972), et ce fut passionnant !

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 06, 2011 18:19 
Modo intransigeant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 12, 2006 16:51
Messages: 1103
Localisation: Liège
D'accord pour dire que la théorie de Zeppelin's Son craint du boudin, regarde des groupes comme Deep Purple, Thin Lizzy, Allman Brothers Band, leur album le plus connu ou presque, ou le plus réputé, est un live. Le tout c'est de savoir quand sortir un live, et de sortir un bon live...

Sinon il est clair que pour moi un bon live doit pour bien faire être un concert complet non retouché non édité, bref, tel quel du début à la fin. Il est clair que le cas du Made in Japan ou on a une setlist complète (hors rappels...) mais avec les titres repris de trois concerts consécutifs ça passe aussi, mais tant qu'à faire je préfère quand même avoir un seul concert (ou mieux, les trois !).

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 06, 2011 19:01 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 17, 2006 18:42
Messages: 1741
Apollo a écrit:
D'accord pour dire que la théorie de Zeppelin's Son craint du boudin, regarde des groupes comme Deep Purple, Thin Lizzy, Allman Brothers Band, leur album le plus connu ou presque, ou le plus réputé, est un live. Le tout c'est de savoir quand sortir un live, et de sortir un bon live...!).

En même temps, tous les groupes et leurs live respectifs que vous citez Mr Prog (MC5, Kiss, Peter Frampton) et toi appartiennent à la décennie 1970, qui correspond à l'âge d'or du double live. Il y a bien un moment où cet engouement pour l'album en public a diminué (surtout dans la 2e moitié des années 80 et une partie des années 1990, je dirais.) Ce phénomène me semble essentiellement dû aux plans marketing des maisons de disques qui ne proposaient pas systématiquement des live de leurs artistes, tout du moins pas autant qu'avant.
Cette tendance a ensuite complètement basculé à l'inverse et on voit depuis une dizaine d'années je dirais, un déferlement d'archives live/studio officielles sans précédent. A quoi ceci est attribuable ? Essentiellement à la "pression" exercée par les bootleggers sur le marché. En effet de plus en plus d'artistes et leurs représentants légaux ont pris conscience de manière aigue qu'ils ne couvraient pas la demande réelle des fans concernant la musique live que ce soit en quantité, en qualité ou en matière de rareté des enregistrements proposés.
Il ya aussi l'avènement du format mp3 et le phénomène de masse du téléchargement des fichiers musicaux par le net, qui a privé pour une grande part les artistes de leurs revenus générés par les ventes de disques. D'où le retour en force des artistes à la scène, dont la vente de tickets de concerts devient leur source principale de rentrée d'argent.

Apollo a écrit:
Sinon il est clair que pour moi un bon live doit pour bien faire être un concert complet non retouché non édité, bref, tel quel du début à la fin. Il est clair que le cas du Made in Japan ou on a une setlist complète (hors rappels...) mais avec les titres repris de trois concerts consécutifs ça passe aussi, mais tant qu'à faire je préfère quand même avoir un seul concert (ou mieux, les trois !).

Tant que je te tiens, sais-tu avec certitude si le "Made in Japan" originel a été monté à partir des bandes des 3 concerts, depuis disponibles dans leur intégralité dans le coffret 3 cds, ou s'il correspond à un seul concert ? Est-ce que quelqu'un a fait en matière de live de DP, un travail d'analyse aussi poussé que celui d'Eddie Edwards et LZ avec ses Garden Tapes ?


Dernière édition par blue sky bag le Mar 06, 2011 19:58, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 06, 2011 19:46 
Coverdaliseur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 13, 2006 21:30
Messages: 5425
Localisation: ...In the heart of the city
blue sky bag a écrit:
Tant que je te tiens, sais-tu avec certitude si le "Made in Japan" originel a été monté à partir des bandes des 3 concerts, depuis disponibles dans leur intégralité dans le coffret 3 cds, ou s'il correspond à un seul concert ? Est-ce que quelqu'un a fait en matière de live de DP, un travail d'analyse aussi poussé que celui d'Eddie Edwards et LZ avec ses Garden Tapes ?


Les 3 soirs, chaque morceau est daté sur la pochette.

Pochette qui fait office de Garden Tapes puisqu'il n'y a aucun "saucissonnage" ni overdub sur MIJ.

_________________
MODÉRATEURS BELGES, PLUS JAMAIS ÇA Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 06, 2011 23:20 
Video master

Inscription: Aoû 12, 2006 11:11
Messages: 2951
JC a écrit:
Pochette qui fait office de Garden Tapes puisqu'il n'y a aucun "saucissonnage" ni overdub sur MIJ.

Les trois concerts circulent aussi en enregistrements bruts (soundboard ou audience) ? Il y a des chances vu que c'est au Japon...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 06, 2011 23:25 
Modo intransigeant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 12, 2006 16:51
Messages: 1103
Localisation: Liège
Voila, je venais répondre mais JC l'a fait avant moi, c'est très clair pour le MIJ, il y a trois soir, le premier a Osaka qui est surement le moins bon, ils étaient encore Jetlaggé et s'habituaient au pays, le second a Osaka qui est meilleur et enfin le troisième, a Tokyo lui, qui est très bon aussi mais dont l'enregistrement est un peu moins bon a cause de l'echo de la salle si je ne m'abuse. Donc en fonction de cela, il y a 4 titres du second soir d'Osaka, 2 de Tokyo et un du premier soir.

Et cela est très clair car les trois soirs ont été bootleggés donc il n'y a pas de doute sur le fait qu'ils sont bien de ces soirs là. Et concernant le Live in Japan, il ne reprend en fait pas réellement l'intégralité des 3 concerts, vu qu'ils ont voulu fait tout tenir sur 3 CDs, ils manquent donc quelques titres qu'on trouve sur le Mij Remasterisé et un tout dernier sur un box set. Je trouve ça assez dommage, et je pense d'ailleurs depuis très longtemps a faire une ultimate version a partir des différentes sources avec les audience pour boucher les trous entre les titres...

Un genre de Garden Tapes existe par contre pour le Rainbow On Stage qui est plus découpé; http://www.venus.dti.ne.jp/hidekun/sub7.html

Edit : Donc oui LP, ils circulent en audience.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 07, 2011 19:42 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Déc 10, 2006 20:07
Messages: 563
Localisation: Grand Ouest
blue sky bag a écrit:
En même temps, tous les groupes et leurs live respectifs que vous citez Mr Prog (MC5, Kiss, Peter Frampton) et toi appartiennent à la décennie 1970, qui correspond à l'âge d'or du double live. Il y a bien un moment où cet engouement pour l'album en public a diminué (surtout dans la 2e moitié des années 80 et une partie des années 1990, je dirais.) Ce phénomène me semble essentiellement dû aux plans marketing des maisons de disques qui ne proposaient pas systématiquement des live de leurs artistes, tout du moins pas autant qu'avant.

Il est vrai qu'à cette époque, un album live (simple ou double) était évènementiel. Qu'il soit retouché ou pas n'était pas la question, il faillait juste l'acheter, car, croyait-on, c'était LE témoignage de ce que valait un groupe sur scène. Il fallait parfois attendre plusieurs années avant une sortie live, que le groupe ou chanteur se soit fait une grosse réputation : J. Winter, Ten Years After, B. Seger, Black Sabbath etc... Et lorsqu'on se l'enfilait entre les oreilles, le travail fait en studio avant la sortie de l'album était réellement le moindre de nos soucis.
Depuis quelques temps, pour certains artistes, une tournée égale un live : Iron Maiden en est le parfait exemple. Pourtant je ne suis pas persuadé que leur maison de disques soit inquiète pour leurs ventes... Alors, peut-être que les fans sont désormais plus intransigeants sur la qualité des enregistrements qu'avant, ce qui oblige la retouche en studio.
Pour moi, qui ne suis pas aussi calé que beaucoup d'entre vous en matière d'overdub et autres stratagèmes pour améliorer un live, le plus important est le ressenti émotionnel au moment de l'écoute. En fait, ce que je recherche est : une certaine participation du public, des impros qui arrachent des larmes de joie, surtout si les morceaux sont étirés à l'infini, comme ils savaient si bien le faire à l'époque, et quelques pains qui rassurent sur le statut "d'hommes" des musiciens.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Albums live : l'enquête.
MessagePosté: Mar 07, 2011 21:08 
Coverdaliseur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 13, 2006 21:30
Messages: 5425
Localisation: ...In the heart of the city
Apollo a écrit:
Je trouve ça assez dommage, et je pense d'ailleurs depuis très longtemps a faire une ultimate version a partir des différentes sources avec les audience pour boucher les trous entre les titres...



Tu parles, ça a autant chance d'arriver que à jour du site :x

Par contre je serai prêt à renoncer au harcèlement sur ton forum si tu réalises ce projet :mrgreen:

_________________
MODÉRATEURS BELGES, PLUS JAMAIS ÇA Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 48 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com