Led Zeppelin forum

de père en fils depuis 2001
Nous sommes le Avr 20, 2021 0:48

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 435 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 ... 22  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: Juin 26, 2007 17:30 
Roux officiel
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 14, 2006 20:26
Messages: 7138
Localisation: 48° 38′ Nord 2° 00′ Ouest
Rachid Taha le 3 novembre a rennes 8)

_________________
Galette saucisse !
"if people don't like it now, they will" Albert Ayler


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Juin 27, 2007 16:47 
Sushi Ficker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sep 25, 2006 15:48
Messages: 234
jon spencer hier à paris, ouais bof...

et mademoiselle K le 12 à l'élysée, ahh bien !

_________________
www.4-20-5.com


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 07, 2007 14:22 
THIN LIZZY : Montereau , 9/6/07

Montereau , jolie petite bourgade située au bord de l' Yonne organise comme chaque année son festival intitulé "Confluences". Ces dernières années se succédérent Status Quo , ZZ Top et Johnny Winter . Comme son nom l' indique , ce festival revêt une dimension éclectique faisant se rencontrer cette année des artistes aussi divers que Nolween Leroy ( aaarrgghhh !!!!!) , Doc Gynéco ( re- aaaaaaaarrrrgggghhhhhh !!!! ) , Axel Bauer ( set -très rock , il convient de le signaler , avec notamment une reprise du Substitute des Who ) et donc Thin Lizzy dont c'est l' unique date en France depuis 25 ans !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Alors que mes amis et moi déambulons dans les travées du festival , nous rencontrons Marco Mendoza et John Sykes qui nous saluent avec convivialité , le dernier cité , prenant même le temps de me dédicacer le double album live en vinyl Life .
La soirée s' annonçait bien puisque le groupe était programmé à 0h15 (!!!!!) .
L' heure tant attendue survient avec 30 mn de retard , des sirènes de police stridentes se font entendre , le groupe apparaît dans une monstrueuse clameur . Jailbreak !!!!!!!!!! Version survitaminée , groupe survitaminé aussi . Puis vient le tour de Waiting for an alibi joué avec précision notamment les parties harmoniques des 2 guitares si chères au son du groupe . Don't Believe a word se fait entendre dans une version apocalyptique ,solo magnifique , chant excellemment bien en place . Le groupe se fait véritablement plaisir . Plaisir qui va être de courte durée puisque lorsque le groupe se met à interpréter Cold sweat , une panne de courant de courant survient , privant Scott Gorham le soin d' effectuer un solo étincelant . Bons princes , le groupe s' écarte , laisse la place aux roadies ( qui au préalable , avaient passé 3 "plombes à tester guitares et batterie , désirant probablement faire étalage de leur pseudo - talent) . Le groupe , amusé par la situation cocasse qui les touche , réapparaît pour interpréter une nouvelle fois Cold sweat . Pendant l' intermède , le fantasque Marco Mendoza eut le temps d' improviser une petite sérénade . Ce fut épique.
Le riff incendiaire d' Are you ready cloue tout le monde au tapis . Ce titre a toujours eu une place de choix dans le répertoire de Lizzy .
Dancing in the moonlight comme sur le mythique Live and dangerous est enchainé à Massacre qui comme son nom l' indique , détruit tout , faisant passer certains groupes actuels pour des enfants de choeur . Et dire que Maiden avait repris ce titre en face B du single Can I play with madness . La pause romantique , après ce déluge de décibels est de rigueur . En effet , le groupe se met à interpréter Still in love with you . L' émotion est à son comble , notamment sur la phrase "Is this the end?" Indubitablement , nous pensons à ce fantastique concert de Reading 83 , capturé sur l' album live BBC Radio 1 live in concert , où le grand Phil , sachant que le groupe donne son dernier concert en Angleterre , prononce cette phrase presqu' en pleurant , provoquant chez le public un "NOOOOOOOOOO !!!!!!" franc et massif .
Sykes est ovationné pour le solo effectué .
Emerald , autrefois interprété par le guitariste - killer , Brian Robertson est magnifique . Bad reputation s' enchaine immédiatement après .
Le blond guitariste répète ce qu ' il dit depuis des années : chaque minute de ce concert est dédié au King of Rock'n roll , Mister Philip Lynott , tout en regardant vers le ciel .
Les accords de Cowboy song se font entendre . John Sykes nous invite à élever la voix qui chez moi , commence à poser quelques petits problèmes . L' enchaînement avec le méga-hit The Boys are back in town est dantesque tant le son est puissant . Tommy Alridge martèle ses fûts comme un damné .
Le groupe s' accorde une pause bien méritée pour revenir quelques dizaines de minutes plus tard . Rosalie de Bob Seger est interprété avec détermination et puissance . Le set se clôt avec le titre qui caractérise le plus la "celtitude" du groupe , à savoir Black Rose interprété avec émotion . Ce morceau est tout simplement BEAU !!!!!! Rideau !!!!

Alors que nous nous acheminons vers la sortie , nous prenons la peine de nous arrêter près des tentes où se repose le groupe . Nous voyons débarquer notre ami Marco Mendoza qui se prête avec humour et convivialté au jeu des photos et des dédicaces . Voilà , j' ai vu Lizzy ( sans Phil , je sais) mais bon , je peux mourir tranquille .


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 07, 2007 14:26 
MAGNUM : Paris Trabendo , 15/5/07

En ce 15 mai pluvieux , Magnum vient se produire au Trabendo devant un auditoire assez clairsemé .
En première partie , un jeune groupe niçois , répondant au nom d' Anthropia , délivre un set rageur influencé comme il se doit par des groupes comme Dream Theater ou Eldritch pendant 45 mn . Intéressant au début , un peu fatigant sur la fin .
C'est vers 20h50 que Magnum s' empare de la modeste scène du Trabendo. Le premier titre fait honneur au nouvel album Princess and the broken arrow puisqu' il s' agit de When we were younger , interprété dans une version décoiffante .Sitôt dit , sitôt fait, Backstreet kid de l' album Vigilante s' enchaine très rapidement . Les compères sont en forme surtout Harry James, le batteur que Magnum a débauché de Thunder .Le passage en revue du nouvel album se poursuit grace à Like brothers we stand qui s' avère magistralement interprétée par le combo . Le premier classique On a storysteller's night dynamise encore un peu plus le public qui visiblement demeure très enthousiaste , quant au fait de rééentendre ce standard . Retour au nouvel album avec Out of the shadow joué dans une version quasi semblable à celle de l' album .Succède à ce nouveau morceau un autre grand classique du groupe , How far Jerusalem . Magnifique en tous points de vue .
Dans cette première partie du show , le nouvel album est mis sur un piédestal puisque est annoncé Dragons are real , délivré dans une version parfaite .Malgré tout , on sent chez Bob Catley , une petite gêne au niveau vocal . En effet , à plusieurs reprises , le vocaliste force davantage sur sa voix . Pas étonnant , car nous constatons qu ' avant le show , le sieur Catley a absorbé pas moins de 3 ou 4 canettes de bière .
Les Morts Dansants est un titre reconnaissable entre tous : les fans en sont conscients et font part au groupe de leur satisfaction .S' ensuit We all run extrait de l' avant - dernier album Brand new morning . Vigilante se fait entendre dans une version pour le moins décoiffante . La chanson suivante est , à mon sens , une des plus belles que le groupe ait écrites , à savoir The Spirit , interprété dans une version prenante . Emotion garantie . Bob Catley tente de faire chanter le public et y parvient avec succès .
All England 's eyes , extrait de On a storyteller's night succède à ce grand moment chargé d' émotion . Mark Stanway , l' organiste martèle ses claviers jusqu' en être presque épuisé à la fin du morceau . Plus tout jeune , le Stanway . A ce propos , physiquement , notre ami semble véritablement marqué par une vie dissolue surtout lorsqu ' il fit partie de Grand Slam du grand Phil Lynott (R.I.P), connu pour ses excès en tout genre .
Kingdom of Madness est ensuite interprété dans une version , somme toute assez classique , Tony Clarkin , le guitariste assène ses riffs acérés et étincelants .
Le groupe s' éclipse pendant quelques minutes pour revenir et interpréter encore un extrait du nouvel album , à savoir Thank you for the day . Le concert s' achève sur une version dantesque de Sacred hour .
Un bonheur n' arrive jamais seul . Quelques minutes après le concert , le groupe se prêta au rituel des dédicaces et des photos , le tout sans mouvements d' humeur . Quelle classe !!!!! Ce fut donc une excellente soirée de bout en bout .

Set - list
When we were younger
Backstreet kid
Like brothers we stand
On a storyteller's night
Out of the shadows
How far Jerusalem
Dragons are real
Les Morts dansants
We all run
Vigilante
The Spirit
All England's eyes
Kingdom of madness

RAPPEL
Thank you for the day
Sacred hour


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 07, 2007 14:30 
WHITESNAKE : Live at the Taverne des Billards , 30/11/06

Bon , ça y est nous les avons vus . Deux mois plus tôt ,je m' étais rendu sur ce lieu mythique qu'est l'Olympia puisque que j'avais assisté au concert de Blackmore's Night .
En effet , la Taverne des Billards se situe à l' intérieur même de l' Olympia , en annexe en quelque sorte .
Attendant devant la célèbre entrée dans un froid glacial , des copains du Forum Purple me rejoignent et d' entrée de jeu nous commençons à épiloguer sur le double album live Live in the shadow of the blues . Chacun y va de sa critique ou plutôt de ses impressions personnelles .
Peu avant 20h 45 , le Cov' et Doug Aldritch traversent le célèbre couloir bercés par la musique de Phoenix qui se produit sur la main - stage ce soir - là . Les vivas se font entendre pour les accueillir .
Nous nous acheminons vers la Taverne des Billards et puis au détour du long couloir , je croise Doug à qui je serre la main très chaleureusement et lui souhaite "bonne chance" pour ce mini concert acoustique .
La salle est magnifique . Ornée de statues baroques , celle - ci comporte un plafond qui est exceptionnellement haut ( probablement pour une meilleure acoustique des .............................boules de billard ) .Une petite scène , intime et conviviale se profile à l' autre extrémité de la pièce .
Les deux compères finissent par apparaître , montent sur scène et semblent visiblement détendus .
Give me all all your love entame le set . Le Cov ' est en voix et cela s' entend : voix chaude gorgée de feeling . La version est magnifique . A la fin de ce morceau , le vocaliste précise que nous pourrons nous livrer à un jeu de s - réponses .S' ensuit Ain' t gonna cry no more , morceau qu' il n' a pas interprété depuis fort longtemps . Chantée magnifiquement , cette chanson prend un autre essor en acoustique .
Visiblement très détendu ainsi que que je vous en ai fait part précédemment ,le Cov' pose une question qui va ravir le public ( " What do you want to hear ? " : que voulez vous entendre ? ) Ce à quoi un des copains ,qui n' était pas référencé sur la liste des invités et qui a donc pu rentrer , s' écrie " Northwinds ".David s' éxécute en délivrant une version chargée d' émotion .
Le David réitère sa et je prends les devants puis m' écrie "Blindman" . Faisant mine de ne pas s' en souvenir ( " I don't remember that song ) , il m' invite à fredonner la première phrase de la chanson qu' il poursuit dans la seconde . Grand moment d' émotion pour le Philou qui probablement , ne s' en remettra jamais . La chanson est interprétée avec feeling et maestria . Le Doug s' était arrêté de jouer , tant la voix du sieur Coverdale était claire et bluesy .
Prenant une seconde pause après ce moment inoubliable , il invite son auditoire à lui poser quelques questions . L' une d' elles attrait aux thèmes abordés dans ses chansons . Le Cov' répond qu' il est vivement préoccupé par les problèmes liés à l' environnement mais qu' il ne se sent pas suffisamment investi pour dénoncer quoi que ce soit ou faire de Whitesnake un groupe " politique". Cependant , il avoue aimer les arbres de cette planète ( "I love fucking trees" : équivoque , non ? )
Ayant aussi précisé au départ que le récent double album live constituait le terme d' un chapître , le Cov' accompagné de son fidèle comparse ( sérieux comme un premier de la classe), interprète 2 nouveaux titres All I want is you puis Dog dans des versions dépouillées ( c'est de l' unplugged ) . Oserais - je dire que ces nouveaus titres ne m' ont guère plus convaincu que cela sur le live ? Là , encore , les 2 titres semblent transcendés par l' interprétation acoustique qui en est faite .
Les accords de Here I Go again résonnent aussitôt ce qui offre au public l' occasion de participer activement et de chanter avec verve ce titre magnifique . David achève le set et sort de scène , accompagné par Doug .
Quelques minutes plus tard , les 2 compères reviennent sous les applaudissements nourris afin de se livrer à la traditionnelle séance de dédicace , le tout châpeauté par Olivier Garnier , responsable de Replica Records et SPV France , label du groupe .Me reconnaissant , Doug m' invite et signe le livret intérieur du Live in the shadow of the blues , me salue et me resserre la main très chaleueusement . Je me dirige vers David qui me signe le Live in Paris 1975 , ce qui me permet de lui poser la suivante : " Was it good memory ? YeSSSSSSSSSSs !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! " Puis lorsque je propose à David de dédicacer Ready and willing ( vinyl d' origine) , le vigile intervient et tente de me dissuader . Le Cov 'se saisit alors de mon vinyl , le signe puis me salue à la japonaise en mettant ses mains devant lui . Après une poignée de main très chaleureuse , je prends congé et lui souhaite bonne chance pour la suite .
Ce fut donc magique et ce sera inoubliable , notamment grace à Blindman .


Dernière édition par Philippe le Aoû 08, 2007 10:58, édité 1 fois.

Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 07, 2007 14:31 
Ces reviews datent un peu mais j' ai pris le temps de les peaufiner .


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 07, 2007 16:19 
Crooner :o)
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 15, 2006 17:04
Messages: 3677
Dans ta chronique de Whitesnake, le mot "question" a systématiquement été supprimé!
Curieux...

Merci, en tout cas.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 08, 2007 10:00 
IRON MAIDEN : Paris , Espace Balard , 29/10/84

Le souvenir de ce concert restera à jamais gravé dans ma mémoire , tant il fut intense de bout en bout .
En ce 29 octobre 1984 glacial ( il y avait encore des saisons en ce temps - là ) Iron Maiden fit une halte à Paris sous le modeste châpiteau de l' Espace Balard pour la tournée la plus monumentale que le groupe ait réalisée à savoir le World Slavery Tour . Cette tournée couvrit plus de 200 dates au terme duquel le combo sortit épuisé , harassé . Des rumeurs de split ont même circulé à l' époque .
Après une première partie assurée par Mötley Crüe qui assura un show sans surprises , le discours de Churchill se fit entendre pour annoncer l' entrée en scène du groupe . Aces high entama les hostilités . Le public déchaîné se déplaçait latéralement , ressemblant au mythique Kop de Liverpool des années 70 . Le combo s' embarque dans une interprétation hallucinante de 2 minutes to midnight . C'est à se demander si le groupe sera en mesure de tenir ce rythme infernal pendant près de 2 heures . Eh bien oui . Bruce annonce The Trooper interprété dans une ambiance de délire indescriptible . Le refrain contenant les célèbres AAHH , AHHH, AHHH se verra renforcé par un rôt biérisé du plus bel effet chez mon voisin de droite , laissant diffuser des effluves pour le moins odorantes . Y a des choses qui marquent .
On poursuit toujours dans le répertoire de Piece of mind puisque le groupe s' attèle à l' interprétation de Revelations . Ce soir - là , ce fut dantesque car Steve Harris , visiblement déchainé avec sa désormais basse bleue exhorte le public à headbanguer comme un seul homme , ce qui fut fait dans la minute qui suivit . Les crinières se balançaient de haut en bas , laissant ainsi échapper des milliers de goutellettes de sueur . Mais non , ce n'est pas sale !!!
L' enchainement avec Flight of Icarus ( premier single de Piece of mind ) fut imparable .
Bruce , dans un français quasi impeccable , exposa ses raisons pour lesquelles le groupe s' était attelé à composer le morceau qui allait suivre à savoir Rime of the Ancient Mariner ( l' histoire d' un albatros épris de liberté) . Ce titre éminemment long ( peut - être en est - ce la cause ? ) n'est plus interprété aujourd'hui , ce qui est fort dommage d' ailleurs .Le break ( passage inspiré d' un poème de Samuel Taylor Coleridge ) durant lequel Harris délivre ses accords que tout bassiste de hard - rock s' évertue à reproduire , fut ponctué d' un évènement particulièrement cocasse . En effet , les lumières s' éteignirent subitement , ce qui amplifia l' aspect mystérieux de ce morceau et de fines goutelettes de sueur commencèrent à nous tomber dessus . On se serait crû en pleine mousson asiatique !!!
Après ce long morceau qui fit état de la puissance vocale de Bruce , notamment sur le passage final , le groupe interpréta le seul instrumental du nouvel album à savoir Losfer words . Ce fut somme toute une version analogue à celle figurant sur l' album .
Ayant à coeur de défendre son nouvel album sur scène et plus particulièrement à Paris , où l' accueil s'est toujours révélé des plus chaleureux , le groupe se mit à jouer Powerslave dans une ambiance de feu .
Le morceau dévia ensuite sur un solo très inspiré de Dave Murray .
L' introduction ultra - célèbre de The number of the beast se fit entendre et à ce moment présent , le public devint FOU , une attitude comparable à celle du Kop du Liverpool F.C dans les années 70 .
A cet instant - là , les classiques s' enchainèrent au pied levé : Hallowed be thy name pour commencer dans une atmosphère limite orgiaque ( non , je plaisante ) où Bruce , en forme comme jamais réalisa une performance vocale remarquable puis 22 Acacia Avenue puis Iron Maiden , les 2 titres ayant été interprétés dans des versions magnifiques .
Le groupe prit congé pendant quelques minutes .
Bruce se chargea de présenter les membres dans une ambiance dont je vous laisse seuls juges puis nous gratifia du titre suprême de meilleur public du monde ( " Vous êtes les meilleurs ") Quel démagogue ce Bruce !!!
Run to the hills fut ensuite interprété avec maestria nous permettant de nous égosiller une fois de plus . Running free incita notre ami vocaliste à nous faire participer activement , ce que nous fîmes avec coeur . Le concert s' acheva sur une version somme toute assez classique de Sanctuary mais efficace clôturant un gig exceptionnel .Le bootleg The Power of Paris est là pour me le rappeler .


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 08, 2007 10:23 
Boulet
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 19, 2006 16:21
Messages: 1705
A ouais! C'est sûr qu'à cette époque, on ne pouvait pas ne pas avoir des classiques en concert!

:wink:

_________________
Véronique a écrit:
haaa Forest Gump, un de mes film préféré.......... :wink:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 08, 2007 10:59 
Psymanu a écrit:
Dans ta chronique de Whitesnake, le mot "question" a systématiquement été supprimé!
Curieux...

Merci, en tout cas.


C'est corrigé . :wink: :wink: :wink:


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 08, 2007 11:41 
GARY MOORE : Paris Zénith , 14/11/85

C'est donc sur un souvenir vieux de 22 ans et sur l' écoute simultanée du bootleg que je vais vous relater ce concert mémorable .
Run for cover sur lequel repose cette tournée , est sorti quelques mois plus tôt . Le Moore s' embarque dans une tournée européenne qui passe par Paris le 14 novembre 1985 avec Mama's Boys en support -act .
Le show débute avec le titre éponyme du nouvel album Run for cover interprété dans une version incendiaire . Murders in the sky , relatant le tragique épisode d' un Boeing 747 sud - coréen abattu par la chasse soviétique en 1984 est ensuite interprété .La version délivrée ici dévoile tout le talent de notre ami Gary qui n'est pas venu ici pour faire de la figuration mais bel et bien pour en découdre . Les soli sont incisifs et dévastateurs .
Shapes of things des Yardbirds est méconnaissable quand on connaît l' original est magistralement chanté par son fidèle comparse Neil Carter ( ex- UFO ). En effet , le morceau dure prés de 8 minutes et le groupe se déchaine littéralement .
Cold hearted , morceau sur un tempo plus lourd que les 3 précédents est interprété avec brio et maestria . J' ai toujours aimé cette chanson .
Gary s' embarque dans un classique qu' il avait déjà interprété au Breaking Sound Festival du Bourget en août 84 , à savoir The End of the world . Nothing to lose , extrait de Run for the cover , suit immédiatement après dans une version plus enlevée que la version initiale .
Pause romantique puisque Gary décide de jouer un titre sorti récemment sorti en maxi en l' occurrence Empty rooms . Malgré ses balafres ,le père Gary est un être doué de sensibilité .Eh oui , ça ne s' improvise pas . La version interprétée ce soir - là fut belle à pleurer .
L' Irlandais empoigne une guitare acoustique et entame Victims of the future , chanson - titre de l' album précédent . La lourdeur transparaît du morceau beaucoup plus que sur l' album studio . A l' issue de cette chanson , Gary Moore fait état de tout son talent de guitariste en nous gratifiant d'un solo éblouissant .
L'intro d' Out in the fields et votre serviteur , fan depuis des années de Thin Lizzy et de son leader charismatique Phil Lynott , espérait bien secrètement une venue impromptue du grand gaillard . Mais non , il ne vint pas comme il l' avait poutant fait à l' Hammersmith Odeon de Londres , deux mois plus tôt . Deux mois plus tard , il disparaissait dans les circonstances que l' on connaît . All messed up permet à Gary de faire participer le public déchainé ce soir -là . Rockin ' every night s' enchaine magnifiquement à All messed up . Le public devient fou , tant la version est apocalyptique . La reprise de Free, Wishing well qui suit est interprétée d' une façon assez similaire à celle qui figure sur l' album live de 1983 ( Rockin ' every night acheté à l' époque en import japonais chez Juke Box , au centre commercial Gaîté - Montparnasse ) . Que de souvenirs !!!!!
Le concert s' achève sur 2 morceaux d' anthologie : Back on the streets et Parisienne walkways (co - écrit avec le grand Phil ) . La version est émouvante , étourdissante de feeling et de technicité .
Voilà ce concert que je n' oublierai jamais grace au programme acheté ce soir -là , le ticket que je conserve bien précieusement avec les autres et le bootleg récupéré , il y a deux ans .


Dernière édition par Philippe le Sep 07, 2007 9:15, édité 1 fois.

Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 08, 2007 13:05 
Listen to this Scarabichou
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 12, 2006 13:03
Messages: 1023
Philippe a écrit:
Malgré ses balafres ,le père Gary est un être doué de sensibilité .


J'ai toujours voulu savoir, tu aurais plus de détail sur le changement de sa face ? Il me semblait qu'il était beau dans Thin LIzzy mais il est vite devenu horrible...Accident, bagarres ?

_________________
"to expand the frontiers of contemporary popular music at the risk of being very unpopular"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 08, 2007 17:17 
Modo intransigeant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 12, 2006 16:51
Messages: 1103
Localisation: Liège
Il me semble que Gary "la balafre" Moore avait déja cette tête là dans Lizzy...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 08, 2007 17:53 
Gary vient de Belfast . De ce fait , il n' était pas à l' abri d' accidents malencontreux .


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 08, 2007 18:10 
Listen to this Scarabichou
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 12, 2006 13:03
Messages: 1023
Philippe a écrit:
Gary vient de Belfast . De ce fait , il n' était pas à l' abri d' accidents malencontreux .


Mais c'est officiel ou bien ce que l'on suppose ?

Apollo a écrit:
Il me semble que Gary "la balafre" Moore avait déja cette tête là dans Lizzy...


Bof http://youtube.com/watch?v=C0cuwDyQyIA http://youtube.com/watch?v=U6U0n15ZVP8

_________________
"to expand the frontiers of contemporary popular music at the risk of being very unpopular"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 08, 2007 18:59 
Scarabée a écrit:
Philippe a écrit:
Gary vient de Belfast . De ce fait , il n' était pas à l' abri d' accidents malencontreux .


Mais c'est officiel ou bien ce que l'on suppose ?

Apollo a écrit:
Il me semble que Gary "la balafre" Moore avait déja cette tête là dans Lizzy...


Bof http://youtube.com/watch?v=C0cuwDyQyIA http://youtube.com/watch?v=U6U0n15ZVP8


Aucune idée . :| :| :|


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 08, 2007 19:00 
Philippe a écrit:
Scarabée a écrit:
Philippe a écrit:
Gary vient de Belfast . De ce fait , il n' était pas à l' abri d' accidents malencontreux .


Mais c'est officiel ou bien ce que l'on suppose ?

Apollo a écrit:
Il me semble que Gary "la balafre" Moore avait déja cette tête là dans Lizzy...


Bof http://youtube.com/watch?v=C0cuwDyQyIA http://youtube.com/watch?v=U6U0n15ZVP8


Aucune idée . Ses concerts à l' époque, c'était de la bombe , de toute façon .


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 08, 2007 19:02 
Listen to this Scarabichou
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 12, 2006 13:03
Messages: 1023
Euh....tu as bu quoi ce soir ?

_________________
"to expand the frontiers of contemporary popular music at the risk of being very unpopular"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 08, 2007 19:33 
Scarabée a écrit:
Euh....tu as bu quoi ce soir ?


Non , non . :wink: :wink: :wink:


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Aoû 27, 2007 1:19 
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Aoû 25, 2006 18:15
Messages: 964
Je suis invitée à voir The Police à la fin du mois, c'est marrant de réécouter ça.

_________________
"The religion of one age is the literary entertainment of the next"
Ralph Waldo Emerson


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 435 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 ... 22  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com